réglementation du statut juridique des biens immobiliers

Le commerce des biens immobiliers dont le statut juridique n’est pas réglementé est très limité et parfois même impossible. Ces biens ont une valeur moindre, sont difficiles à vendre ou même à donner, ne peuvent servir de garantie pour des prêts, il est difficile d’y investir et de les louer. Le statut juridique non réglementé est riche de situations diverses : des doutes sur la propriété (demandes de reprivatisation, prescription acquisitive) aux difficultés d’utilisation du bien, en passant par les problèmes de charges (hypothèques “anciennes”, servitudes non exercées).  

Il existe également des voies de régularisation très différentes : des procès aux procédures administratives en passant par les solutions contractuelles. 

La réglementation du statut juridique est un terme large. Il peut s’agir du fait que le registre foncier et hypothécaire contient des inscriptions obsolètes ou inexactes, mais aussi de litiges entre propriétaires quant à la manière d’utiliser un bien commun ou quant à l’attribution du bien ou d’une partie de celui-ci (comment diviser le bien). Il s’agit également d’affaires administratives résultant de décisions de nationalisation ou d’expropriation invalides ou de demandes de restitution de biens immobiliers expropriés qui n’ont pas été utilisés à la fin prévue par l’expropriation. Il s’agit également de situations découlant d’événements fortuits, comme la mort.

Nous offrons à nos clients un soutien complet dans les activités visant à réglementer le statut juridique des biens immobiliers. Nous avons mené tous les types d’affaires suivantes liées à la réglementation du statut juridique des biens immobiliers, mais certaines d’entre elles peuvent être menées contractuellement et, à cet égard, nous offrons une assistance consistant en la négociation de contrats (règlements) et la préparation des documents pertinents:

  • pour la réconciliation du contenu du registre foncier et hypothécaire avec l’état juridique réel,
  • établir des registres fonciers et hypothécaires et mettre à jour les statuts juridiques rapportés dans les registres fonciers et hypothécaires,
  • affaires de succession – confirmation de l’acquisition et du partage de l’héritage,
  • dissolution de la copropriété,
  • le partage des biens communs (entre les conjoints),
  • l’acquisition d’une propriété ou d’une servitude,
  • les procédures du registre foncier et hypothécaire,
  • les expulsions,
  • le partage des biens en vue de leur utilisation (quo ad usum),
  • la cession du bien immobilier, le règlement des dépenses et la rémunération pour l’utilisation non contractuelle du bien immobilier.
  • les expropriations et la restitution des biens expropriés,
  • les procédures de reprivatisation, y compris les procédures d’annulation des décisions de dépossession de biens immobiliers,
  • les divisions et les fusions de biens immobiliers,
  • les démarcations.

Voici quelques-unes des affaires que nous avons traitées jusqu’à présent:

  • représentation dans un conflit de propriété découlant de la divulgation de deux registres fonciers et hypothécaires pour une parcelle de terrain située au milieu d’un site de 100 hectares occupé par une grande usine de fabrication, 
  • de nombreuses affaires concernant la remise en cause de la vente de biens immobiliers sur la base de la plainte dite pauliańska,
  • représentation dans les affaires concernant la restitution des biens immobiliers expropriés pour les besoins des entreprises et coopératives communistes,
  • dissolution de la copropriété d’un bien immobilier, y compris, par exemple, une maison de rapport en plein centre de Cracovie avec la participation de la municipalité de Cracovie (en tant que copropriétaire),
  • le partage des biens communs des époux, d’une valeur de plusieurs dizaines de millions de zlotys,
  • représentation dans des affaires concernant la récupération de biens immobiliers perdus sur la base de dispositions relatives à la reprise de branches essentielles de l’économie nationale (y compris l’entreprise laissée par le plus grand quotidien d’avant-guerre),
  • représentation dans des affaires liées au décret dit “Bierut” – pour la récupération de biens immobiliers situés à Varsovie.

Nous recrutons !

En raison du développement de notre cabinet d’avocats, nous recherchons de nouvelles